Les Moqui marbres

Aux États-Unis, elles sont communément appelées Moqui marbres d’après les Indiens Moqui qui ont habité les terres où on les trouvent. Découvertes au cours de l’excavation de ruines antiques dans le monde, certains archéologues estiment qu’elles ont été utilisées pendant des siècles par les chamans et autres mystiques.

Dans la langue Hopi, le mot « moqui » signifie « un cher a quitté ». La légende dit que les ancêtres indiens Hopi du sud-ouest États-Unis ont joué des jeux avec ces « billes » dans la soirée, au moment où les esprits sont autorisés à rendre visite à la terre. Quand le soleil se ève, ils doivent retourner vers le ciel et laisser derrière eux les billes afin que leurs parents sachent qu’ils sont heureux.

Il existe différentes théories sur la façon dont elles ont été formées. Certains géologues croient à une concrétion métallique formée il y a 130 à 155 millions d’années. L’eau de pluie dissout le fer avec d’autres minéraux. Ces ions sont transportés dans les eaux souterraines par l’intermédiaire du grès Navajo. Quand la pression diminue, les ions sont déposés dans l’ensemble du grès, mais surtout là où l’humidité est la plus grande.

Les précipitations suivantes apportent d’autres quantités d’ions de fer formant de minuscules sphères autour de grains de sable individuels. Les sphères d’oxyde de fer et de sable se compactent et s’accroissent ensemble jusqu’à former les moqui marbers.

L’analyse montre 15,2% de fer et 83% de silice, avec d’autres éléments comme l’aluminum, le manganèse le zinc,le titane, le magnésium, le calcium, le sodium, le potassium, du zirconium, du baryum et des traces de plomb, de cuivre, de vanadium, de chrome, de nickel, de cobalt, et d’argent.

Moqui balls, shaman stones, Navajo, Hopi, Thunderballs