Accueil » Réglementation de la BIO

Boutique

Votre compte






 
Réglementation
Bordeaux Bio PDF Imprimer Envoyer

Bordeaux Bio

Le Bordeaux Bio que nous vous avions promis est arrivé !

Bio depuis 1977, vous ne trouverez à l’analyse de son sol aucune trace de pesticides.

Le château Plantier Grandval, situé à 10 Km de St Emilion, nous a réservé trois vins exceptionnels : rouge 2006 (peut se garder jusque 2020), rouge 2009, année sublime, élevé en fut de chêne, qui pourra se garder jusqu’en 2039, si vous en avez la patience et un bordeaux blanc sec  2009 qu’il faudra boire seulement pour les fêtes de fin d’année car il vient d’être mis en bouteille.

Venez découvrir notre sélection de producteurs passionnés des principales régions viticoles de France.


 
Info concernant la DLUO (Date limite d'utilisation optimale) PDF Imprimer Envoyer

Info concernant la DLUO (Date limite d'utilisation optimale)

Date limite d'utilisation optimale

La date limite d'utilisation optimale (DLUO) est une date indiquée sur l'emballage de certaines denrées au-delà de laquelle leurs qualités organoleptiques et nutritionnelles ne sont plus garanties : elles risquent d'avoir moins de goût, moins de vitamines, une consistance différente, sans pour autant constituer un danger pour la santé. Les denrées concernées sont les produits d'épicerie, le café, les conserves, les produits surgelés, les biscuits secs, les boissons, etc. Leur vente au-delà de la date limite d'utilisation optimale n'est pas interdite.


La DLUO est indiquée par la mention " à consommer de préférence avant le "  suivie du jour et du mois, pour les produits d'une durabilité inférieure à 3 mois, ou par la mention  " à consommer de préférence avant fin " suivie soit du mois et de l'année, pour les produits d'une durabilité comprise entre 3 et 18 mois, soit de l'année seule au-delà.
À noter que le vin est en France exempté de DLUO, car son vieillissement fait partie de l'évolution de son goût. Cependant, d'autres produits dans ce cas sont soumis à DLUO, en particulier le fromage, malgré le phénomène d'affinage du fromage.


Le texte de référence en France est l'article R 112-9 alinéa 5 du Code de la consommation. Il ne faut pas confondre la DLUO avec la date limite de consommation (DLC).


Date limite de consommation


La date limite de consommation (DLC), ou date de péremption, est une date figurant sur les denrées alimentaires microbiologiquement périssables susceptibles, après une courte période, de présenter un danger immédiat pour la santé humaine. Elle est déterminée par le producteur, sauf pour quelques produits pour lesquels elle est fixée par la réglementation. Elle n'est valable que si les denrées ont été conservées à une température inférieure ou égale à celle indiquée sur l'emballage. Elle est obligatoire pour les denrées rapidement périssables : lait frais, yaourts, viande en barquette, charcuterie fraîche, plats cuisinés frais, etc.
Le texte de référence en France est l'article R. 112-9 alinéa 5 du Code de la consommation. Sa base légale est l'article L. 214-1 du Code de la consommation. Les sanctions sont prévues à l'article L. 214-2 du même Code : il s'agit d'une contravention de 3e classe (450 €) par produit mis en vente.
La DLC s'exprime sur les conditionnements par la mention " à consommer jusqu'au " suivie de l'indication du jour et du mois.
Dès que la DLC est atteinte, le produit est considéré comme impropre à la consommation et doit être retiré de la vente.


Sources : www.dgccrf.minefi.gouv.fr et www.conco.net



 
Irradiation des aliments PDF Imprimer Envoyer

Irradiation des aliments

Depuis plusieurs années déjà, sous prétexte d'hygiène, l'industrie agroalimentaire pratique l’irradiation des aliments. Cette technique est surtout utilisée dans les filières de la grande distribution. Ionisation et rayonnements ionisants sont les termes officiels.

Les aliments qui portent cette mention ont été irradiés et bombardés de rayons gamma émis par des atomes radioactifs. Bien sûr, théoriquement, les aliments ne sont pas rendus radioactifs. Grâce à ce procédé, on détruit tous les germes pathogènes, on stoppe les processus de germination… et on augmente la durée de conservation. Mais les tissus et les cellules de ces denrées alimentaires vont subirent incontestablement des modifications à l'échelle moléculaire. Les qualités nutritives et énergétiques vont subir d’énormes altérations.

Pour le moment, 16 produits sont autorisés en France à subir ce traitement. Mais avec le développement des échanges commerciaux internationaux, des aliments issus d'autres pays de l'Union Européenne ont obtenu des dérogations et sont autorisés à faire subir également ce type de traitement aux denrées alimentaires. En tout, une trentaine de produits pour le moment serait concernée. À l’heure actuelle, le coût de ce type de traitement limite son développement. Mais son utilisation est de plus en plus courante, ce qui va le rendre plus abordable au niveau financier.

Pour l'industrie alimentaire, l’irradiation permet une meilleure conservation des denrées périssables. Les rayons qui sont de très haute énergie détruisent les micro-organismes (bactéries, levures, moisissures). Ils ralentissent le mûrissement et inhibent la germination. Il est à prévoir que les aliments qui voyagent sur plusieurs milliers de kilomètres seront les premiers irradiés.

L’irradiation se pratique sur des camions entiers ou des containers. Donc, la filière Bio issue de pays lointains qui voyage avec d'autres produits de l'agriculture conventionnelle est également exposée comme c'est le cas dans la grande distribution. Pire encore : plutôt que d'irradier les produits au moment de leur préparation, le traitement ionisant se pratique après l'emballage et le conditionnement. Ainsi l’ionisation des matériaux plastiques produit des substances toxiques susceptibles de passer dans l'aliment lui-même. Ces particules agissent en particulier sur les récepteurs endocriniens. Pour le moment, aucune étude indépendante n'a été menée pour évaluer les conséquences de l'irradiation des produits sous plastique.

En Europe, les familles des aliments qui sont autorisées à subir un traitement irradiant sont : les herbes aromatiques séchées, les épices, les condiments du type ail, oignons, échalote..., les légumes et les fruits frais, les flocons et les germes de céréales, les volailles, les crevettes et les crustacés congelés...

En France, les produits qui ont été irradiés doivent porter la mention «traité par ionisation» ou «traité par rayonnements ionisants». On peut parler également de pasteurisation électronique ou de pasteurisation à froid. Mais les contrôles sur des fraudes éventuelles ne sont encore pas bien organisés.

Le consommateur qui rejette absolument toute consommation d'aliments irradiés doit choisir des produits alimentaires dans les filières proches. Il doit aussi se renseigner sur les réseaux de distribution et d’approvisionnement des magasins. Les magasins de proximité et les magasins bios sont, on l’espère pour un moment encore, épargnés.

http://www.criirad.org/

sources : http://www.pratiques-de-sante.com/

 

 

 
Marché Bio PDF Imprimer Envoyer

Marché Bio

La Mésange Bleue accueille gratuitement dans son enceinte à Neufchâteau des producteurs BIO et des producteurs locaux en cohérence dans leur démarche de production qui désirent faire de la vente directe auprès des consommateurs.

Chaque marché Bio Paysan a lieu le deuxième SAMEDI de chaque mois à partir de 14h.

Venez pour les viandes, les jus de fruits et les confitures d'Eric et les nouveaux légumes de Colette et Dominique. Nadia vous a tricoté des écharpes et des bonnets originaux pour vous préparer contre le froid .

Nous accueillons également les petits artisans et les créateurs en tout genre. Faîtes vous connaître.

Si vous êtes producteurs bio et que vous désirez les rejoindre, contactez la Mésange Bleue de Neufchateau : 03 29 94 19 95.

 

 
L’agriculture biologique PDF Imprimer Envoyer

L’agriculture biologique

L’agriculture biologique fournit des produits non génétiquement modifiés obtenus sans l’aide de pesticides ni d’engrais chimiques artificiels. Les conditions d’élevage respectent le bien-être de l’animal avant tout. L’alimentation est d’origine bio et les soins sont garantis sans médicaments de synthèse.


Lire la suite...