Accueil » Articles de presse » Environnement

Boutique

Votre compte






 
Environnement
Jour de moisson à Saint Marcel PDF Imprimer Envoyer

Jour de moisson à Saint-Marcel, petite commune du Jarnisy.

Au milieu des champs, Olivier Mercier et Jean-Pierre Choquet observent le bruyant va-et-vient d’une machine aux dents longues. À perte de vue, du cannabis. Ou plus exactement du chanvre industriel (cannabis sativa). Dans ce coin de Meurthe-et-Moselle, trente hectares sont réservés à cette production.
Il y a de cela six ans, ces deux agriculteurs, et d’autres, ont voulu diversifier leur production. Et ils se sont tournés vers le chanvre, oublié après la Seconde Guerre mondiale en raison de l’apparition des produits issus de la pétrochimie et du coton. Une époque révolue : revenue sur le devant de la scène nationale au début des années 80, cette plante (re) voit l’avenir en rose.
La France en est d’ailleurs le premier producteur européen. Graines, paille : dans le chanvre, tout est bon. « Au début, lorsqu’on a commencé la culture du chanvre, il y avait des automobilistes qui s’arrêtaient sur le bord de la route et qui se servaient »… Pensant sans doute être tombés sur une mine à ciel ouvert. Ceux-là ont dû redescendre de leur nuage bien vite :
si le chanvre industriel ressemble à s’y méprendre au cannabis (cannabis indica) – à un certain stade de sa croissance – il n’en est que le cousin. Un cousin très, très éloigné.
Traitement localisé à Creutzwald
D’aucuns se sont amusés à sortir leur calculatrice pour en arriver à une conclusion anecdotique mais plutôt intéressante : pour ressentir un quelconque effet en fumant du chanvre industriel – la teneur de ce dernier en TetraHydroCannabinol ne doit pas excéder 0,2 % – il faudrait s’attaquer à un pétard de six mètres de long et d’un mètre de diamètre. Bon courage à ceux qui voudraient vérifier.
Les Chanvriers de l’Est ont vite fait de découvrir les autres propriétés de cette plante. Après avoir établi le lien entre les producteurs lorrains et une usine de traitement en Allemagne, ils ont décidé de construire leur propre unité, à Creutzwald.
« Sous l’appellation Est Chanvre, au statut associatif, nous avons permis le développement de cette culture, explique Laurent Didier, responsable de production sur l’unité de transformation creutzwaldoise. Nous étions limités. Nous avons alors choisi de créer une SARL, intitulée Les Chanvriers de l’Est. Notre entreprise a été approchée par le pôle de compétitivité fibre qui appuie une politique de relance industrielle en Lorraine. Il nous a mis en relation avec des entreprises locales qui nous ont fait participer à des études de recherche et de développement. »
Les fonds réunis, soit près de 2 M€, Les Chanvriers de l’Est trouvent le terrain idéal pour leur implantation, à Creutzwald.
« C’est un lourd investissement mais nous croyons fermement aux débouchés possibles. D’autant plus que notre usine sera la seule dans toute la région à traiter le chanvre produit en Lorraine et pourquoi pas ailleurs. Le principe du traitement est de faire du chanvre trois produits différents, à savoir les graines ou chènevis qui sont employées pour la fabrication d’huile, riche en oméga 3 et 6. La paille, elle, est traitée pour devenir de la fibre ou de la chènevotte. » Les entrepreneurs, composés de neuf associés tous issus de l’agriculture, doivent désormais frapper aux portes de ceux qui en auront l’utilité. « La fibre est utilisée dans le domaine des matériaux composite. Les constructeurs automobiles s’en servent principalement pour fabriquer les tissus. Elle sert également aux constructeurs aéronautiques et ferroviaires. De plus en plus, la fibre est aussi prisée dans le bâtiment, notamment pour ses propriétés isolantes », reprend Laurent Didier. Quant à la chènevotte, qui possède un fort pouvoir absorbant, elle est utilisée pour la confection de litière animale. « On peut aussi la transformer en bloc de béton pour la construction. Enfin, toute la poussière générée par la valorisation sert, elle, de matière combustible. »
L’usine doit ouvrir dans quelques semaines. Il sera alors temps de vérifier si le chanvre tient toutes ses promesses.
transmis par
www.eelv.verdun-blog.com eeelv.verdun.over-blog.com elv.verdun.over-blog

 
Mieux reconnaître nos mauvaises habitudes alimentaires PDF Imprimer Envoyer

Mieux reconnaître nos mauvaises habitudes alimentaires

Pensez-vous que vos habitudes alimentaires sont bonnes pour votre organisme ? Combien d’entre nous sont concernés par la "malbouffe" ? En effet, dans notre société de consommation où prendre le temps est devenu un luxe, il s’avère que nombreux sont ceux qui ne prennent pas le temps de s’alimenter correctement. Ou encore, qui ignorent les principes de bases pour contribuer à une alimentation saine et équilibrée.

Aller vers une meilleure alimentation…

 

 

 

 
Surcoût des produits bio en supermarché : une étude biaisée PDF Imprimer Envoyer

Surcoût des produits bio en supermarché : une étude biaisée


Comme il y a deux ans, le magasine Linéaires publie une comparaison des prix des produits biologiques et des produits conventionnels relevés dans des supermarchés, en reconnaissant que la différence se réduit nettement.

L’étude de Linéaires prouve qu’il n’est pas avantageux d’acheter des produits biologiques en supermarché, et qu’il est plus intelligent de la part d’un consommateur de se tourner vers les réseaux spécialisés, dont le savoir-faire, le volume traité et l’absence de nécessité de séparer des stockages permettent des prix plus compétitifs et une offre plus large...

Lire le communiqué de presse de Jacques Caplat

Contact : Agir Pour l’Environnement - Tél. 09 75 29 39 82.



 
Le monde merveilleux des huiles essentielles PDF Imprimer Envoyer

Le monde merveilleux des huiles essentielles


Les huiles essentielles connaissent un franc succès depuis quelques années. Mise en avant pour traiter de façon naturelle certaines maladies et favorisant le bien-être, on les trouve désormais partout. On les utilise aussi bien pour combattre la migraine, que les crises d’anxiété, la grippe ou certaines allergies.

Elles peuvent être également contenues dans nos produits d’entretien ou insecticides.


Lire l'article de Jocelyne Renard, revue Silence


 
Comment j’ai ravagé la Côte-d’Ivoire à coups de tablettes de chocolat PDF Imprimer Envoyer

Comment j’ai ravagé la Côte-d’Ivoire à coups de tablettes de chocolat


Quel lien y a-t-il entre la Côte-d’Ivoire et nous ? En quoi sommes-nous concernés par la crise ivoirienne ?... Réponse : le cacao !

En effet, la Côte-d’Ivoire se place au premier rang avec plus de la moitié de la production mondiale. 100% des fèves de cacao ivoiriennes sont ainsi exportées, là-bas on ne les transforme pas car la tablette de chocolat est un produit de luxe…

Lire l'article de la revue S!lence, par Samuël Foutoyet


 
« DébutPrécédent12SuivantFin »

Page 1 sur 2